Sélection d'articles de recherche
sur l'algodystrophie

Introduction

Sélection d'études scientifiques sur l'algodystrophie

Nous avons rassemblé ici une sélection d'articles de recherche et d'études sur l'algodystrophie parues dans les revues et journaux scientifiques de référence.

L'algodystrophie est une maladie douloureuse caractérisée par un érythème, un œdème, une déficience fonctionnelle, une perturbation sensorielle et vasomotrice. Les mécanismes pathogéniques ne sont pas entièrement compris et certains aspects cliniques manquent encore d'une compréhension pathogénique complète, mais des progrès significatifs dans les connaissances ont été réalisés récemment.

Le terme internationalement reconnu pour ce syndrome est aujourd'hui le syndrome douloureux régional complexe (SDRC), divisé en type I ou II, concernant respectivement l'absence ou la présence d'une lésion neurologique.

Parallèlement, il existe d'autres entités pathologiques, telles que le syndrome d'œdème de la moelle osseuse, l'ostéoporose transitoire de la hanche et l'ostéoporose migratoire régionale, qui présentent des caractéristiques communes avec le CRPS. Cependant, elles n'ont pas de position pathogénique claire et leur classification définitive reste incertaine.

Nous avons créé ce site pour vous aider dans vos recherches. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous contacter. Nous serons heureux de vous aider !

Le SDRC

Syndrome douloureux régional complexe : Une étude complète

Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est un état douloureux chronique impliquant souvent une hyperalgésie et une allodynie des extrémités.

Le SPRC est divisé en SPRC-I et SPRC-II. Le type I se produit lorsqu'il n'y a pas de lésion nerveuse confirmée. Le type II se produit lorsqu'il existe une lésion nerveuse associée connue.
Le sexe féminin est un facteur de risque de développer un SPRC. D'autres facteurs de risque sont la fibromyalgie et la polyarthrite rhumatoïde. Malheureusement, la pathogenèse du SPRC n'est pas encore clarifiée. Certaines études ont mis en évidence différentes voies potentielles.

Il a été démontré que l'inflammation neuropathique, plus précisément l'activation des nocicepteurs périphériques des fibres C, joue un rôle essentiel dans le développement du SPRC. Le système nerveux autonome (SNA) est impliqué. Selon qu'il s'agit d'un SPRC aigu ou chronique, les niveaux de norépinéphrine sont respectivement diminués ou augmentés. Certaines études ont suggéré l'importance de la génétique dans le développement du SPRC. Le rôle des facteurs psychologiques est de plus en plus pris en considération. Une certaine association entre des antécédents de dépression et/ou de syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et le diagnostic de SPRC a été démontrée.

Les modalités de traitement disponibles vont de la physiothérapie à la pharmacothérapie en passant par les techniques interventionnelles. Les thérapies physiques et professionnelles comprennent la thérapie par miroir et l'imagerie motrice graduée. La prise en charge médicale avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) n'a pas montré d'amélioration significative. L'utilisation de stéroïdes à court terme, de bisphosphonates, de gabapentine et de kétamine a donné des résultats positifs. Le traitement antioxydant s'est également révélé prometteur.

D'autres pharmacothérapies incluent la naltrexone à faible dose et la toxine botulique A (BTX-A). Les blocs sympathiques sont couramment utilisés, même si leurs effets à court et à long terme ne sont pas clairs. Enfin, la stimulation de la moelle épinière (SCS) est utilisée depuis des décennies. En conclusion, le SPCR est une affection multifactorielle qui doit encore être étudiée pour mieux comprendre sa pathogenèse, son épidémiologie, son implication génétique, ses implications psychologiques et ses options thérapeutiques. De futures études sont justifiées pour mieux comprendre ce syndrome. Cela permettra d'améliorer la prévention, le diagnostic et le traitement du CRPS.

Source de l'étude

Complex Regional Pain Syndrome: A Comprehensive Review
Taylor SS, Noor N, Urits I, Paladini A, Sadhu MS, Gibb C, Carlson T, Myrcik D, Varrassi G, Viswanath O. Complex Regional Pain Syndrome: A Comprehensive Review. Pain Ther. 2021 Dec;10(2):875-892. doi: 10.1007/s40122-021-00279-4. Epub 2021 Jun 24. Erratum in: Pain Ther. 2021 Jul 26;: PMID: 34165690; PMCID: PMC8586273.
Cliquez ici pour lire l'étude complète (en Anglais)

Le syndrome de la douleur régionale complexe : une revue narrative pour le clinicien praticien

Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est un trouble de la vie qui affecte généralement les extrémités après un traumatisme ou une lésion nerveuse. Les changements physiologiques qui se produisent à la suite de la blessure sont complexes, comme le nom du syndrome l'indique. La douleur et le handicap associés au SPCR entraînent souvent des comorbidités psychologiques qui créent un cercle vicieux de douleur, d'isolement et de dépression. Nous passons en revue les développements récents dans la compréhension du SPCR et les avancées dans la gestion de ce syndrome. De nouvelles recherches visant à cibler les mécanismes spécifiques impliqués dans la physiopathologie du SPRC devraient permettre de prévenir cette affection.

Shim H, Rose J, Halle S, Shekane P. Complex regional pain syndrome: a narrative review for the practising clinician. Br J Anaesth. 2019 Aug;123(2):e424-e433. doi: 10.1016/j.bja.2019.03.030. Epub 2019 May 2. PMID: 31056241; PMCID: PMC6676230.

Lien vers l'aricle complet (en Anglais)

L'algodystrophie chez l'enfant et l'adolescent : une étude

L'algodystrophie se produit chez les enfants beaucoup moins fréquemment que chez les adultes. La symptomatologie, l'évolution, la réactivité au traitement et le pronostic de la maladie pédiatrique sont également différents de ceux de la forme "adulte".

Cet article présente les particularités substantielles de l'algodystrophie pédiatrique : elle survient après un traumatisme relativement mineur, touche plus fréquemment les membres inférieurs que les membres supérieurs et se manifeste par des douleurs, une pâleur et une froideur de la peau dans la partie affectée, ainsi que par une grave déficience fonctionnelle. Le diagnostic de l'affection repose sur des bases cliniques et aucune imagerie n'est nécessaire pour confirmer le diagnostic. La détresse psychologique est suspectée dans le développement de la maladie chez les enfants et les adolescents, mais il n'y a pas de preuve définitive à l'appui de cette opinion. Le traitement de l'algodystrophie pédiatrique doit être complexe et comporter une kinésithérapie, une psychothérapie, une thérapie de la douleur et, dans certains cas, des blocs sympathiques et somatiques. La littérature souligne la très faible connaissance de l'algodystrophie dans la communauté pédiatrique.

Zyluk A. Algodystrophy in children and adolescents: a review. Pol Orthop Traumatol. 2013 Dec 18;78:265-71. PMID: 24351874.

Cliquez pour lire l'article.

Traitement du syndrome de douleur régionale complexe chez l'enfant et l'adolescent : Une analyse structurée de la littérature

Contexte : Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) se caractérise par une douleur chronique, spontanée et provoquée des extrémités distales dont la gravité est disproportionnée par rapport à l'événement déclencheur. Le diagnostic et le traitement sont encore débattus et multidisciplinaires. L'objectif de cette revue systématique est d'analyser la littérature disponible afin de faire le point sur les dernières données probantes relatives au traitement du CRPS en âge de croissance.

Méthodes : L'extraction des données a été effectuée indépendamment par trois examinateurs sur la base de critères prédéfinis et la qualité méthodologique des études incluses a été quantifiée par l'échelle d'évaluation de la qualité de Newcastle-Ottawa pour les études de cohorte.

Résultats : A la fin de la première sélection, en suivant les critères de sélection décrits précédemment, nous avons sélectionné n = 103 articles éligibles pour la lecture intégrale du texte. Finalement, après la lecture du texte intégral et la vérification de la liste des références, nous avons sélectionné n = 6 articles. Les articles se sont concentrés sur les traitements physiques (PT), associés aux traitements cognitivo-comportementaux (CBT) et pharmacologiques (PhT). La combinaison PT + CBT montre le plus d'efficacité comme suggéré, mais un protocole communément accepté n'a pas été développé.

Conclusions : La kinésithérapie en association avec l'ergothérapie et le traitement cognitivo-comportemental est l'option recommandée dans la gestion de la SCRP pédiatrique. La thérapie pharmacologique devrait être réservée aux patients réfractaires et sélectionnés. La conception et le développement d'un protocole standard sont fortement suggérés.

Vescio A, Testa G, Culmone A, Sapienza M, Valenti F, Di Maria F, Pavone V. Treatment of Complex Regional Pain Syndrome in Children and Adolescents: A Structured Literature Scoping Review. Children (Basel). 2020 Nov 20;7(11):245. doi: 10.3390/children7110245. PMID: 33233634; PMCID: PMC7699814.

Cliquez ici pour lire l'étude.

Diagnostic et traitement

Syndrome de douleur régionale complexe de type 1 :
diagnostic et traitement

Le diagnostic du syndrome de douleur régionale complexe (SDRC) est principalement posé sur une base clinique, et aucun test spécifique n'est connu pour confirmer ou exclure le diagnostic du SDRC. En d'autres termes, il n'existe pas d'outils de diagnostic spécifiques et les tests instrumentaux ne sont effectués que pour identifier une étiologie à la base du SDRC. De nombreuses méthodes thérapeutiques ont été introduites, mais aucune n'a donné de résultats définitifs. Lorsque les symptômes persistent, les patients présentent une déficience et un handicap permanents.

Par conséquent, la reconnaissance précoce du SDRC, ainsi qu'un traitement approprié, sont importants pour minimiser la perte permanente de fonction. Comme il n'existe pas de test de référence pour le SDCR, plusieurs critères de diagnostic clinique ont été introduits et appliqués dans diverses études. Cependant, à ce jour, aucun critère de diagnostic formel ou standardisé du SDRC n'a été largement accepté. Cependant, les critères de diagnostic de Budapest ont récemment gagné en popularité et sont fréquemment utilisés dans les études scientifiques.

L'objectif de la prise en charge du SDRC est le retour à une fonction normale du membre. Aucune technique spécifique n'a été démontrée pour prévenir le SDRC après une intervention chirurgicale, mais il peut être important d'éviter une immobilisation prolongée. Il est donc important d'initier une rééducation post-chirurgicale précoce, lorsque cela est possible. Une approche multidisciplinaire semble être optimale, avant tout les objectifs de la physiothérapie et de l'ergothérapie sont remplis avec une combinaison de pharmacothérapie due à fournir un soulagement de la douleur pour faciliter la réhabilitation physique. Les recherches futures utilisant de grands essais contrôlés randomisés devraient se concentrer sur la collecte de preuves solides de l'étiologie du SDCR, sur le test des effets pharmacologiques et sur la détermination de stratégies de traitement combiné appropriées.

Lee JW, Lee SK, Choy WS. Complex Regional Pain Syndrome Type 1: Diagnosis and Management. J Hand Surg Asian Pac Vol. 2018 Mar;23(1):1-10. doi: 10.1142/S2424835518300013. PMID: 29409405.

Cliquez ici pour lire l'étude.

Options pharmacothérapeutiques

Syndrome de douleur régionale complexe - Syndrome neurologique auto-immune ou fonctionnel ?

Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est censé expliquer la douleur aux extrémités accompagnée d'une variété de plaintes subjectives, notamment la sensibilité au toucher, la fatigue, les sensations de brûlure, l'allodynie et les signes compatibles avec une immobilisation volontaire, notamment les modifications cutanées, les œdèmes et les modifications trophiques.

Selon sa propre définition, la douleur du SDRC est disproportionnée par rapport à tout événement déclencheur ou pathologie sous-jacente, ce qui signifie que le syndrome décrit des symptômes non anatomiques et exagérés.

Bien que le SDRC ait été inventé au début des années 1990, les médecins décrivent depuis des siècles des douleurs exagérées inexpliquées. Avant qu'un petit groupe de chercheurs n'attribue le nom de SDRC à ce phénomène historique, d'autres médecins de diverses sous-spécialités ont cherché l'existence d'un mécanisme physiopathologique commun, mais n'en ont trouvé aucun. Des recherches ont été menées dans la littérature pour trouver des preuves d'un mécanisme pathologique reproductible du SDRC. Bien que certains aient suggéré que le SDRC est une maladie auto-immune, il existe peu de preuves à l'appui. Bien que des cytokines telles que l'IL-1β, l'IL-6 et le TNF-α aient été détectées pendant les phases précoces du SDCR, cela ne permet pas de conclure que le SDCR est une maladie auto-immune, ni qu'il s'agit d'un trouble auto-inflammatoire.

De plus, l'immunoglobuline intraveineuse a donné des résultats contradictoires dans le traitement du SDRC. D'autre part, on a constaté que le SPRC répond à au moins trois des quatre critères de la simulation, qui était auparavant un diagnostic du DSM-IV ; et ses critères diagnostiques sont pratiquement identiques à ceux de l'actuel trouble neurologique fonctionnel (" TNF ") du DSM-5 et à la classification proposée de la CIM-11, qui inclut le TNF comme un diagnostic neurologique distinct de toute condition psychiatrique.

Malheureusement, la création du CPRS n'est pas qu'un simple marketing de marque malavisé. Elle présente de graves problèmes sociaux et sanitaires. Au moins en partie, l'existence du SDRC a conduit à l'étiquetage de nombreux patients avec un diagnostic qui permet l'utilisation inappropriée de la chirurgie invasive, des opioïdes addictifs et de la kétamine.

L'hypothèse du SDCR ignore également la nature et l'objectif de la douleur, en tant que symptôme d'un processus organique ou psychologique. Les médecins rencontrent depuis longtemps des patients qui expriment des symptômes qui ne peuvent être expliqués biologiquement. Les terminologies historiquement utilisées pour décrire ce phénomène sont les symptômes médicalement inexpliqués ("MUS"), les symptômes hystériques, somatiques, non organiques, psychogènes, les troubles de conversion ou les symptômes dissociatifs. La tendance plus récente décrit les troubles pour lesquels il existe une cause fonctionnelle, plutôt que structurelle, des symptômes, comme des "troubles fonctionnels". Les médecins font état d'un succès élevé dans le traitement des symptômes neurologiques fonctionnels par le réconfort, la physiothérapie et la thérapie cognitivo-comportementale, mesuré en termes d'amélioration fonctionnelle. L'étiquette SDCR, cependant, ne conduit pas à une amélioration fonctionnelle chez ces patients ni à une résolution des symptômes. Selon les principes de la médecine fondée sur les preuves, l'étiquette SDRC devrait être abandonnée et le syndrome devrait simplement être considéré comme un sous-ensemble de FND, en particulier le trouble fonctionnel de la douleur, et traité de manière appropriée.

Chang C, McDonnell P, Gershwin ME. Complex regional pain syndrome - Autoimmune or functional neurologic syndrome. J Transl Autoimmun. 2020 Dec 24;4:100080. doi: 10.1016/j.jtauto.2020.100080. PMID: 33490941; PMCID: PMC7804982.

Lire l'article complet.

Options pharmacothérapeutiques pour le syndrome complexe de la douleur régionale

Introduction : Les syndromes douloureux régionaux complexes (SDRC) sont des états douloureux rares caractérisés par une variabilité considérable des facteurs déclenchants possibles, généralement traumatiques, et du scénario clinique. La connaissance limitée des mécanismes physiopathologiques a conduit à d'innombrables tentatives de traitement avec de multiples options conservatrices et chirurgicales qui agissent par différents mécanismes d'action.

Domaines couverts : Dans cette revue narrative, les auteurs discutent des points clés concernant les définitions du CRPS, les critères de diagnostic et les pièges, les hypothèses physiopathologiques et les stratégies de traitement avec une référence particulière à la pharmacothérapie. L'article est basé sur une recherche documentaire utilisant PubMed, tandis que les lignes directrices disponibles pour la gestion du CRPS ont également été examinées.

Avis d'expert : Selon la qualité des preuves, les interventions pharmacologiques pour le CRPS semblent être plus efficaces d'autant plus qu'elles agissent sur les mécanismes périphériques, en particulier sur la douleur nociceptive, et qu'elles sont appliquées tôt dans la maladie, alors que des preuves fiables sur les mécanismes centraux de la douleur chronique dans le CRPS manquent. A notre avis, le traitement médicamenteux doit être privilégié le plus tôt possible, en particulier dans les formes chaudes de SPRC, afin de prévenir une limitation fonctionnelle importante, une détresse psychologique et des retombées sociales et économiques.

Iolascon G, Moretti A. Pharmacotherapeutic options for complex regional pain syndrome. Expert Opin Pharmacother. 2019 Aug;20(11):1377-1386. doi: 10.1080/14656566.2019.1612367. Epub 2019 May 7. PMID: 31063415.

Cliquez ici pour lire l'étude.

Modèles animaux du syndrome de douleur régionale complexe de type I

Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est un trouble douloureux chronique caractérisé par une douleur spontanée ou évoquée, confinée dans une région, qui est hors de proportion avec le traumatisme initial. Cette maladie peut sérieusement affecter la qualité de vie des patients, augmenter le fardeau psychologique et provoquer divers degrés d'invalidité.

Bien que les médecins soient conscients de l'existence du SDCR depuis plus d'un siècle, sa pathogenèse reste obscure et les traitements disponibles ne sont toujours pas satisfaisants. Des modèles animaux efficaces constituent la base de la recherche sur les maladies, ce qui permet de comprendre la pathogenèse et d'explorer en profondeur les approches thérapeutiques appropriées.

Actuellement, les chercheurs ont établi une série de modèles animaux de la maladie. Il existe quatre principaux modèles animaux de CRPSI : le modèle de douleur post-ischémique chronique (CPIP), le modèle d'immobilisation par fracture tibiale/plâtre, le modèle de traumatisme par transfert passif et le modèle de lésion des nerfs par aiguilles (NNI).

Les méthodes de modélisation de ces modèles s'améliorent constamment au fil du temps. Dans les études précliniques, l'interprétation des résultats expérimentaux et la comparaison horizontale entre des études similaires peuvent être affectées par la nature des races, le sexe, le régime alimentaire et la psychologie des animaux expérimentaux. Il est nécessaire de faciliter le choix de modèles animaux appropriés et d'éviter l'interférence des facteurs influençant les modèles animaux sur l'interprétation des résultats de la recherche. Cette revue fournira un aperçu de base des facteurs d'influence, des méthodes de modélisation et des caractéristiques des modèles animaux de CRPSI.

Liu Y, Liang Y, Gao M, Li Y, Zhao T, Zhao Y. Animal Models of Complex Regional Pain Syndrome Type I. J Pain Res. 2021 Dec 4;14:3711-3721. doi: 10.2147/JPR.S333270. PMID: 34899000; PMCID: PMC8654689.

Cliquez ici pour découvrir l'étude.

Les bases

L'effet de la perfusion de kétamine dans le traitement du syndrome douloureux régional complexe : revue systémique et méta-analyse

Objectif de la revue : Le syndrome de douleur régionale complexe (SDRC) est une affection neurologique douloureuse et débilitante qui représente environ 1,2 % de la population adulte souffrant de douleurs chroniques. La kétamine, un antagoniste des récepteurs NMDA, est un agent anesthésique qui a été utilisé par certains spécialistes de la douleur pour le SPRC. De plus en plus de preuves cliniques soutiennent l'utilisation de la kétamine dans le traitement de la douleur neuropathique, en particulier le SPRC. Cette étude de méta-analyse visait à examiner l'efficacité de la kétamine dans le traitement du SDRC.

Résultats récents : Nous avons effectué une recherche dans Embase, Pubmed, Web of Knowledge, Cochrane, Clinical Trial.gov et FDA.gov entre le 1er janvier 1950 et le 1er août 2017 afin d'évaluer la thérapie par perfusion de kétamine dans le traitement du SDRC. Nous avons sélectionné des essais cliniques randomisés ou des études de cohorte pour les méta-analyses. Les estimations de l'indice I 2 ont été calculées pour tester la variabilité et l'hétérogénéité entre les études incluses. Le résultat principal est le soulagement de la douleur. L'effet du traitement par kétamine pour le syndrome de la douleur régionale complexe a été évalué par un score numérique de la douleur sur une échelle de 0 à 10. Le résultat secondaire est le taux d'événements de soulagement de la douleur, qui est défini comme le pourcentage de participants ayant obtenu un soulagement de la douleur de 30 % ou plus dans chacune des études qualifiées.

Les résultats de notre méta-analyse ont montré que le traitement à la kétamine a conduit à une diminution du score moyen de la douleur par rapport à la ligne de base auto-contrôlée (p < 0,000001). Cependant, l'hétérogénéité entre les études est statistiquement significative. Le taux d'événements de soulagement immédiat de la douleur était de 69 % (intervalle de confiance à 95 % (IC) 53 %, 84 %). Le taux d'événements de soulagement de la douleur lors des suivis de 1 à 3 mois était de 58 % (IC 95 % 41 %, 75 %). Les études actuellement disponibles concernant la perfusion de kétamine pour le SDCR ont été examinées et des méta-analyses ont été réalisées pour évaluer l'efficacité de la perfusion de kétamine dans le traitement du SDCR.

Nos résultats suggèrent que la perfusion de kétamine peut apporter un soulagement de la douleur cliniquement efficace à court terme, c'est-à-dire pendant moins de 3 mois. Cependant, en raison de la grande hétérogénéité des études incluses et du biais de publication, des essais contrôlés aléatoires supplémentaires et des études multicentriques standardisées sont nécessaires pour confirmer cette conclusion. En outre, des études sont nécessaires pour prouver l'efficacité à long terme de la perfusion de kétamine dans le traitement du SDRC.

Source de l'étude

Zhao J, Wang Y, Wang D. The Effect of Ketamine Infusion in the Treatment of Complex Regional Pain Syndrome: a Systemic Review and Meta-analysis. Curr Pain Headache Rep. 2018 Feb 5;22(2):12. doi: 10.1007/s11916-018-0664-x. PMID: 29404715.
Cliquez ici pour lire l'étude complète (en Anglais)

Syndrome de la douleur régionale complexe chez les athlètes : revue de cadrage

Contexte et objectifs : Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est une affection chronique caractérisée par une douleur régionale disproportionnée, affectant généralement les membres distaux, qui fait suite à un traumatisme ou à une intervention chirurgicale. Les athlètes peuvent développer un SDRC en raison de leur exposition à des blessures traumatiques ou de surmenage. L'objectif de la présente étude est de passer en revue la littérature disponible sur le CRPS de type 1 chez les athlètes.

Matériaux et méthodes : Nous avons effectué une recherche dans deux bases de données en ligne (PubMed et Web of Science), en sélectionnant les articles visant à étudier le CRPS de type 1 (algodystrophie) chez les athlètes. L'analyse des bases de données a été faite en considérant les articles originaux publiés jusqu'au 30 juin 2021, rédigés en anglais.

Résultats : Quinze articles (12 rapports de cas, 3 séries de cas) ont été sélectionnés pour un total de 20 cas cliniques (15 femmes, 5 hommes), âgés de 10 à 46 ans (âge moyen 18,4 ± 9,8 années d'écart-type). Les patients inclus pratiquaient différents types de sport (football, athlétisme, gymnastique, basket-ball). Les sites anatomiques les plus touchés étaient les membres inférieurs, et le délai de diagnostic allait de 2 jours à 4 ans. Les traitements les plus utilisés étaient les thérapies pharmacologiques et physiques, mais parfois des approches invasives, comme les blocs nerveux régionaux ou sympathiques lombaires, étaient proposées. Les principaux résultats évalués étaient le retour à l'activité et la douleur.

Conclusions : Notre revue suggère une plus grande prévalence du SPCR de type 1 chez les jeunes et dans les membres inférieurs que dans la population générale, mais confirme la plus grande prévalence chez les femmes. Cependant, le nombre d'études traitant du CRPS chez les athlètes est limité, ainsi que le nombre de patients impliqués, étant donné que seuls quelques rapports de cas hétérogènes ont été publiés sur ce sujet. De plus, la forte prévalence d'études anciennes (seulement 5 études disponibles au cours des 10 dernières années) pourrait avoir influencé le choix des outils d'évaluation et des stratégies de gestion. Malgré ces limites, les athlètes présentant des douleurs disproportionnées après une blessure liée au sport devraient être rapidement évalués et traités par une approche multidimensionnelle afin d'éviter les conséquences à long terme de l'algodystrophie.

Moretti A, Palomba A, Paoletta M, Liguori S, Toro G, Iolascon G. Complex Regional Pain Syndrome in Athletes: Scoping Review. Medicina (Kaunas). 2021 Nov 17;57(11):1262. doi: 10.3390/medicina57111262. PMID: 34833480; PMCID: PMC8623027.

Cliquez ici pour consulter l'étude.

SDRC : Guide pratique du diagnostic et du traitement, 5e édition

La recherche sur le syndrome douloureux régional complexe a connu récemment quelques avancées modestes, mais la quantité et la qualité des travaux sur cette maladie multifactorielle complexe restent faibles (avec quelques exceptions notables, par exemple les travaux récents sur la stimulation des ganglions de la racine dorsale).

L'approche semi-systématique (bien que dans certains cas narrative) de la revue est nécessaire pour que nous puissions traiter nos patients en attendant une "meilleure recherche". Cette revue semi-systématique a été menée par des experts du domaine, (délibérément) dont certains sont de jeunes chercheurs prometteurs, complétée par l'expérience de chercheurs "aînés", qui mentionnent tous le système qu'ils ont utilisé pour examiner la littérature. Ce que nous avons trouvé est généralement une recherche de qualité faible à moyenne avec un petit nombre de sujets ; il y a cependant quelques exceptions récentes à cela. La principale raison de cette rareté des recherches est le fait qu'il s'agit d'une maladie rare et qu'il est très difficile d'obtenir une taille d'échantillon suffisante pour obtenir une signification statistique en utilisant les approches statistiques traditionnelles. Plusieurs essais de grande envergure ont échoué, probablement en raison de l'utilisation de critères de diagnostic généraux (les critères de "Budapest") dans une maladie multifactorielle/multi-mécanisme.

Des sous-ensembles réactifs peuvent souvent être identifiés dans ces essais de plus grande envergure, mais pas suffisamment pour obtenir des résultats statistiquement significatifs dans le groupe de diagnostic général. Dans ces conditions, les auteurs ont nécessairement inclus des données provenant de protocoles moins convaincants, y compris des essais tels que des séries de cas et même, dans certains cas, des rapports de cas/des informations empiriques. Dans l'esprit humanitaire du traitement de nos patients souvent désespérés par ce syndrome rare, sans grande preuve, nous devons prendre les données que nous pouvons trouver (comme dans ce travail) et adapter un régime de traitement pour chaque patient.

Harden RN, McCabe CS, Goebel A, Massey M, Suvar T, Grieve S, Bruehl S. Complex Regional Pain Syndrome: Practical Diagnostic and Treatment Guidelines, 5th Edition. Pain Med. 2022 Jun 10;23(Suppl 1):S1-S53. doi: 10.1093/pm/pnac046. PMID: 35687369; PMCID: PMC9186375

Cliquez là pour lire l'article.

Traitement du syndrome de douleur régionale complexe chez l'enfant et l'adolescent : Une analyse structurée de la littérature

Contexte : Le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) se caractérise par une douleur chronique, spontanée et provoquée des extrémités distales dont la gravité est disproportionnée par rapport à l'événement déclencheur. Le diagnostic et le traitement sont encore débattus et multidisciplinaires. L'objectif de cette revue systématique est d'analyser la littérature disponible afin de faire le point sur les dernières données probantes relatives au traitement du CRPS en âge de croissance.

Méthodes : L'extraction des données a été effectuée indépendamment par trois examinateurs sur la base de critères prédéfinis et la qualité méthodologique des études incluses a été quantifiée par l'échelle d'évaluation de la qualité de Newcastle-Ottawa pour les études de cohorte.

Résultats : A la fin de la première sélection, en suivant les critères de sélection décrits précédemment, nous avons sélectionné n = 103 articles éligibles pour la lecture intégrale du texte. Finalement, après la lecture du texte intégral et la vérification de la liste des références, nous avons sélectionné n = 6 articles. Les articles se sont concentrés sur les traitements physiques (PT), associés aux traitements cognitivo-comportementaux (CBT) et pharmacologiques (PhT). La combinaison PT + CBT montre le plus d'efficacité comme suggéré, mais un protocole communément accepté n'a pas été développé.

Conclusions : La kinésithérapie en association avec l'ergothérapie et le traitement cognitivo-comportemental est l'option recommandée dans la gestion de la SCRP pédiatrique. La thérapie pharmacologique devrait être réservée aux patients réfractaires et sélectionnés. La conception et le développement d'un protocole standard sont fortement suggérés.

Vescio A, Testa G, Culmone A, Sapienza M, Valenti F, Di Maria F, Pavone V. Treatment of Complex Regional Pain Syndrome in Children and Adolescents: A Structured Literature Scoping Review. Children (Basel). 2020 Nov 20;7(11):245. doi: 10.3390/children7110245. PMID: 33233634; PMCID: PMC7699814.

Cliquez ici pour lire l'étude.

Prévention

Prévention par la vitamine C du syndrome de douleur régionale complexe après une chirurgie du pied et de la cheville : une étude prospective randomisée portant sur trois cent vingt-neuf patients

Objectif : Le syndrome de douleur régionale complexe (SDRC) après une chirurgie du pied et de la cheville a un impact significatif sur la capacité à marcher. Le traitement symptomatique de cette complication désastreuse étant pauvre et peu efficace, un traitement préventif serait bénéfique. La vitamine C a été rapportée comme étant efficace pour prévenir le CRPS dans les cas de chirurgie élective programmée. Peu d'auteurs ont exploré cette efficacité dans la chirurgie du pied et de la cheville. Nous avons donc évalué l'efficacité de la vitamine C dans la prévention de cette complication après des chirurgies du pied et de la cheville, qu'il s'agisse de traumatismes ou de chirurgie élective.

Matériel et méthodes : Entre janvier 2018 et décembre 2019, 329 patients ont été inclus dans l'étude. Nous avons mené une étude prospective randomisée sur l'efficacité de la vitamine C (un groupe avec et un groupe sans vitamine C) pour prévenir le risque de CRPS chez les patients opérés dans notre établissement pour une chirurgie du pied ou de la cheville. L'incidence du CRPS après une chirurgie du pied ou de la cheville a été évaluée dans les deux groupes ; le diagnostic de CRPS a été posé selon les critères de Budapest associés à une scintigraphie osseuse triphasée.

Résultats : Parmi les 329 patients inclus dans l'étude (232 femmes et 97 hommes), 121 patients ont été inclus dans le groupe vitamine C et 208 dans le groupe contrôle (sans vitamine C). La vitamine C était statistiquement liée à une diminution du risque de SDRC (OR 0,19 ; CI 95% de 0,05 à 0,8 ; p = 0,021). L'alcoolisme et l'immobilisation plâtrée étaient des facteurs de risque accrus de SDRC (respectivement p = 0,001 et p = 0,034).

Conclusion : La prise de 1 g par jour de vitamine C pendant 40 jours après une chirurgie du pied ou de la cheville réduit le risque de SDRC.

Hernigou J, Labadens A, Ghistelinck B, Bui Quoc E, Maes R, Bhogal H, Callewier A, Bath O, Chahidi E, Safar A. Vitamin C prevention of complex regional pain syndrome after foot and ankle surgery: a prospective randomized study of three hundred and twenty nine patients. Int Orthop. 2021 Sep;45(9):2453-2459. doi: 10.1007/s00264-021-05159-2. Epub 2021 Aug 4. PMID: 34347132.

Cliquez ici pour lire l'étude.

Comment traiter l'algodystrophie et la comorbidité rhumatismale dans la myélofibrose : Trois rapports de cas

L'algodystrophie ou syndrome complexe de la douleur régionale est un état douloureux chronique caractérisé par une hyperalgésie et une allodynie. Les patients atteints d'algodystrophie présentent une activation amplifiée et persistante du système immunitaire inné, avec une prolifération consécutive des kératinocytes et la libération de cytokines pro-inflammatoires, notamment l'interleukine (IL)-6, l'IL-1β et le facteur de nécrose tumorale-α (TNF-α). Une inflammation chronique et des taux accrus de cytokines sont également observés dans les néoplasmes myéloprolifératifs Ph-négatifs, notamment la polyglobulie vraie, la thrombocytémie essentielle et la myélofibrose primaire. Les néoplasmes myéloïdes chroniques sont caractérisés par une surproduction d'une ou plusieurs lignées de cellules non lymphoïdes matures, avec érythrocytose, thrombocytose et/ou myéloprolifération.

Trois rapports de cas décrivent notre expérience dans le traitement de l'algodystrophie et des affections rhumatismales chez les patients atteints de myélofibrose ; une recherche documentaire a également été effectuée.

Le premier patient était une femme de 58 ans qui souffrait d'un néoplasme myéloprolifératif chronique en évolution myélofibrotique, sous traitement par ruxolitinib et prétraité par hydroxyurée ; elle a signalé des douleurs inflammatoires et un gonflement des articulations tibiotarsiennes bilatérales. Elle a été traitée par néridronate 2 mg/kg pendant quatre jours et méthotrexate 15 mg per os par semaine, obtenant un bénéfice clinique.

Le deuxième patient était une femme de 63 ans chez qui on a diagnostiqué une polyglobulie vraie évoluant vers une myélofibrose. Elle présentait une douleur et un gonflement de l'articulation tibiotarsienne gauche et des difficultés à marcher. Une thérapie à base de stéroïdes à faible dose per os et de clodronate intramusculaire a été administrée pendant quatre mois, suivie de méthotrexate à 15 mg par semaine.

Après deux mois, la ténosynovite s'est significativement améliorée, comme le montre l'amélioration de l'œdème osseux de l'articulation tibiotarsienne gauche révélé par l'imagerie par résonance magnétique, et les symptômes de la douleur se sont améliorés sur le plan clinique.

Le troisième patient était un homme de 70 ans atteint de thrombocytémie essentielle avec évolution myélofibrotique et d'une polymyalgie rhumatismale paranéoplasique traitée par stéroïdes et actuellement en rémission. Le patient a reçu du ruxolitinib pendant environ deux ans ; après la première année de traitement, il a ressenti une douleur et un gonflement de l'articulation tibiotarsienne droite avec une difficulté à marcher, ce qui a conduit à un diagnostic d'œdème et de ténosynovite, comme pour l'algodystrophie. Après avoir consulté un rhumatologue, le patient a reçu un traitement au néridronate par voie intramusculaire, avec un bénéfice clinique. Comme il existe un chevauchement des interactions et des manifestations cliniques entre les néoplasmes hématologiques et les maladies rhumatologiques, de nouvelles manifestations cliniques, comme l'algodystrophie, peuvent apparaître au cours de la myélofibrose et doivent être suivies à long terme par une équipe multidisciplinaire.

Magazzino O, Urbano T, Magnasco S. How to Treat Algodystrophy and Rheumatic Comorbidity in Myelofibrosis: Three Case Reports. Cureus. 2022 Aug 16;14(8):e28058. doi: 10.7759/cureus.28058. PMID: 36120194; PMCID: PMC9476832.

Cliquez ici pour lire l'article.

Quelques liens utiles sur l'algodystrophie (SDRC)

Un site très complet et précis sur le SDRC
Liste des 233 centres anti douleurs en France www.douleurs.org
La Société Française de Rhumatologie sfr.larhumatologie.fr
Carte des rhumatologues en France

Seppo